Généalogie et histoire de la famille: Rioux

Jan Roc'hiou ou en français Jean Rioux

Jean Rioux
a été baptisé le 20 mars 1652 dans l’église de Ploujean, petit village du finistère, Bretagne, en France. Vers sa 20e année, il part de Ploujean pour venir s’établir en Nouvelle-France. Il s'installe à Saint-François sur l’île d’Orléans. Il épouse dans la paroise de Sainte-Famille à l’île d’Orléans Catherine Leblond le 10 janvier 1678. Le 15 mars 1696 il se rend à Trois-Pistoles et devient le premier seigneur en échange d’une de ses terres au profit du sieur Charles Denys de Vitré. Il a habité Trois-Pistoles pendant au moins une douzaine d’années, laissant derrière lui une famille de huit enfants, une seigneurie qui a la caractéristique unique dans l’histoire du Québec d’avoir été transmise sans interruption à la même lignée.

Un monument à la mémoire de l'ancêtre Jean Riou et son épouse Catherine Leblond est érigé à la place Jean-Riou de Trois-Pistoles depuis août 1997, commémorant les 300 ans de son arrivée à Trois-Pistoles.

Autre histoire:

En épousant la fille, Jean Riou se met au service de la mère.

Jean Riou était au Canada depuis une douzaine d’années lorsqu’il épousa Catherine Leblond. Le contrat de mariage fut passé le 26 décembre 1677 devant le notaire Moreau.  Les clauses de ce contrat, nous le constaterons, ne sont pas sans intérêt pour vous, car elles nous révèlent un des aspects de la vie familiale au Canada au XVIIIe siècle.

Dans ce contrat, Jean Riou s’engageait à demeurer chez sa belle-mère avec sa femme pour une période de quatre ans, afin de cultiver sa terre et d’entretenir son ménage, tout comme s’il était, précise l’acte notarié, le chef de famille. Il se mettait autrement dit au service de sa belle-mère.

Cependant ce contrat n’était pas à sens unique, car en retour belle-maman Leblond promettait de nourrir et d’habiller son gendre, sa femme et les enfants qui pourraient leur naître. De plus, elle s’engageait à l’expiration de ces quatre années de <noviciat> à fournir au jeune ménage une maison d’une valeur de 300 livres, deux bœufs et deux <vaches raportant>, deux chaudières <une grande et une moyenne>, deux <couvertures valables>, une charrue et un autre instrument de culture. On le voit, tout était préparé dans les moindres détails.

Contrairement à ce qui avait été envisagé Jean Riou et sa femme ne restèrent pas quatre ans  chez madame Leblond, car dès 1678 cette dernière se remariait. Les jeunes Riou s’établir alors sur une terre bien à eux, que Riou avait achetée avant son mariage.

Au mois de mars 1696, Jean Riou fit acquisition de la seigneurie des Trois-Pistoles, en échange de sa terre. Il devenait ainsi le deuxième seigneur et le véritable fondateur  des Trois-Pistoles. Il dut, à ce titre, rendre acte de foi et hommage au Roi de France.

Votre ancêtre mourut prématurément. Ses fils continuèrent son œuvre, si bien que depuis l’histoire de la famille Riou s’est intimement mêlée à celle des Trois-Pistoles.

Source : Dictionnaire national des canadiens français. Drouin Tome III

(concernat l'étymologie du nom regardez les fiches des ancêtres)

Mentions légales  |  Contactez-nous  |  Notre mission  |  Liens partenaires  |  Votre arbre généalogique
Copyright © NosOrigines.qc.ca 2018