Généalogie et histoire de la famille: Tremblay

Les Tremblay

Pierre Tremblay "Père d'un peuple" au Nouveau Monde-- Nous sommes tous, plus ou moins, des Tremblay

Si, aujourd'hui, Pierre Tremblay et sa femme Ozanne Achon, la mère de ses 12 enfants, voulaient donner une poignée de main et offrir un sourire d'une durée d'une minute à chacun de leurs descendants d'Amérique, ils devraient se tenir debout, jour et nuit, pendant deux mois.

Le généalogiste Gérard Lebel a trouvé cette image sympathique pour montrer la formidable fécondité de l'ancêtre unique de tous les Tremblay d'Amérique du Nord.

 Dans Nos ancêtres, un ouvrage monumental en 30 tomes, le père Lebel qualifie Pierre Tremblay de " père d'un peuple " au Nouveau Monde.

L'Association des Tremblay d'Amérique (A.T.A.) se présente fièrement comme la plus grande famille-souche en Amérique du Nord.

" Les Smith et les Brown sont sans doute plus nombreux en chiffres absolus, mais ils sont issus de plusieurs lignées, tandis que les Tremblay d'Amérique remontent tous à l'ancêtre Pierre ", a déjà souligné l'historien Rosaire Tremblay.

On évalue à environ 150 000 le nombre de descendants vivants qui portent le nom de Tremblay en Amérique. Comme ces Tremblay se sont unis à des centaines d'autres familles et qu'ils ont été remarquablement prolifiques, on peut raisonnablement penser que nous avons tous un Tremblay dans notre arbre généalogique.

Selon la croyance populaire, les Tremblay seraient originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce n'est pas exact, même si c'est la région du Québec qui en comptait le plus lors du recensement de 1989, soit 25 533.

La vérité est voisine. C'est à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix, que l'ancêtre a accroché le plus solidement ses racines. Dans Charlevoix, les Tremblay représentent 13 % de la population. La concentration la plus forte se trouve aux Éboulements, où un résidant sur trois porte le nom Tremblay.

La confusion vient d'un fait historique. En 1838, Alexis Tremblay, dit Picoté, fonde avec d'autres, à La Malbaie, la Société des vingt-et-un. Ce groupe commercial sera à la base de la colonisation et de l'exploitation forestière du Saguenay. Alexis Tremblay sera l'un des acteurs les plus colorés de cette véritable épopée. Michel Tremblay, l'homme de main de Peter McLeod, le fondateur de Chicoutimi, y jouera un rôle majeur.

Sur les 150 000 Tremblay d'Amérique, 85 000 vivraient au Canada. La région de Québec en compterait environ 15 000 et celle de Montréal, 25 000. Ces chiffres peuvent changer selon le Tremblay à qui vous vous adressez.

Dans l'annuaire téléphonique de la Californie, on relève quelque 900 Tremblay, même si quelques-uns ont choisi de modifier l'orthographe de leur patronyme pour mieux s'assimiler. Ces Tremblay sont devenus des Trombley, Trombly ou Tremblaye, mais cela ne change rien à leurs origines. Au début des années 80, le maire de Los Angeles s'appelait Claude Tremblay. Il était le petit-fils d'un Tremblay de Baie-Saint-Paul.

De Randonnai à Québec

Rien, en apparence, ne prédestinait Pierre Tremblay à devenir l'ancêtre de la famille francophone la plus nombreuse en Amérique du Nord. Il naît, vers 1626, à Randonnai, une obscure petite commune du Perche. Ses parents, Philibert Tremblay et Jeanne Coignet, s'étaient mariés trois ans plus tôt, à Saint-Firmin de Normantel, une localité voisine.

Le père est laboureur à la ferme La Filonnière, une terre dont il n'était probablement pas le propriétaire. Pierre devient orphelin de père à l'âge de 16 ans. Il a un frère et une soeur plus jeunes. Il devient alors soutien de famille.

Le jeune homme rêve d'une autre vie. Dès que son frère Guillaume est en mesure de prendre soin des siens, il se laisse tenter par les sirènes des agents recruteurs de la Nouvelle-France. Le 9 avril 1647, il signe un contrat d'engagement de trois ans envers Noël Juchereau, un armateur et commerçant de Québec. Le 6 juin de la même année, il quitte le port de La Rochelle à bord de La Marguerite, un navire de 70 tonneaux. La traversée, épouvantablement éprouvante, dure deux mois.

Quand Pierre Tremblay arrive à Québec, il a 21 ans. Il ne quittera plus jamais son nouveau pays.

Après avoir rempli son contrat, à Québec, avec le sieur Juchereau, il cherche à s'établir comme cultivateur sur la côte de Beaupré. Au début, il aurait été à l'emploi de fermiers déjà établis, probablement les Gagnon ou les Gravel.

Nous le retrouvons, à Québec, à l'automne 1657. Il vient signer son contrat de mariage chez le notaire Aubert. Il épouse Anne (Ozanne) Achon, née 24 ans plus tôt à Chambon, diocèse de La Rochelle. Elle était arrivée à Québec sur le même bateau que M. de Maisonneuve, de retour au pays après avoir plaidé la cause de Montréal auprès du roi.

Le journaliste et grand amateur de généalogie Robert Prévost avance que la jeune mariée était une fille du roi. Cette assertion n'est toutefois pas retenue par les généalogistes professionnels Michel Langlois et Gérard Lebel, pas plus que par la Fédération des familles-souches québécoises et par l'Association des Tremblay d'Amérique.

Toujours est-il que Pierre et Ozanne se marient le 2 octobre 1657. Deux ans plus tard, le jeune chef de famille se verra concéder une terre à L'Ange-Gardien. Le couple aura 12 enfants, dont 10 parviennent à l'âge adulte.

Six des filles sont les ancêtres féminins de familles qui laisseront des traces durables au Québec : Gagné, Savard, Pelletier, Perron, Roussin, Laforest. Les quatre fils, Pierre, Michel, Louis et Jacques, fondent des familles qui constituent les quatre branches du tronc Tremblay.

Pierre Tremblay va travailler la terre toute sa vie. Le 1er décembre 1678, Mgr de Laval lui confie l'exploitation d'une ferme à la baie Saint-Paul. Il voit aussi à l'établissement de ses fils.

Pierre, l'aîné, deviendra seigneur des Éboulements. Son épouse, Marie Roussin, donnera le terrain de la première église de Petite-Rivière. Une croix en rappelle le souvenir. Louis, père de 14 enfants, deviendra grand-père de 113 petits-enfants. Michel élèvera une famille de 14 enfants, dont neuf garçons. Jacques héritera du bien paternel à L'Ange-gardien, où sa mère écoulera le reste de ses jours.

L'acte de sépulture de l'ancêtre est introuvable ou perdu. Divers documents permettent de situer ce décès entre le mois d'avril 1687 et le mois de novembre 1689. Il aurait été victime d'une épidémie qui frappa la colonie en 1688.

Ozanne survivra à son mari une vingtaine d'années. Elle sera inhumée le 24 décembre 1707, à l'âge de 75 ans, dans le cimetière de L'Ange-Gardien.

À l'automne 1988, les Tremblay d'Amérique se rendaient en pélerinage, en France, sur les traces de leur ancêtre. Ils étaient 400 à bord de huit autobus nolisés. On dit que les Français se souviennent encore de cette invasion aussi amicale que bruyante.

Descendants de marque

Plusieurs descendants de Pierre Tremblay ont fait leur marque au Québec et ailleurs. La généalogiste Sylvie Tremblay en a recensé quelques-uns. On ne peut pas tous les nommer.

Dans les années 1740, Augustin, Ambroise et Pierre, trois petits-fils de l'ancêtre, s'installent à Detroit. Leurs descendants sont nombreux dans l'État du Michigan. Ils ont fondé la ville de Bay City, en 1835.

En 1790, Laurent-Bruno Tremblay émigre dans l'État de New York. Ses descendants, des Trombly, connaîtront des succès considérables en littérature et dans les affaires.

Godefroi (1800-1879) sera le premier Tremblay à devenir religieux. Pierre Alexis (1827-1879), arpenteur et journaliste, sera le premier Tremblay à être élu député.

Pierre-Nolasque dit Jack Tremblay (1860-1935), un chercheur d'or, deviendra un pionnier du Yukon. Le magasin de son épouse fait partie du Lieu historique national de Dawson City.

Le brigadier-général Thomas-Louis Tremblay (1886-1951) a commandé le 22e régiment lors des combats de Courcelette et de Vimy.

À noter que l'Association des Tremblay d'Amérique lance cette fin de semaine ce qu'elle appelle le dictionnaire généalogique en Amérique le plus important. Quelque 66 325 mariages recensés. Il s'agit d'un ouvrage colossal rédigé par la l'historienne et généalogiste Sylvie Tremblay. Elle poursuit ainsi le travail de moine commencé par André et Meüde Tremblay.

Source: "Grandes Familles du Québec", Louis-Guy Lemieux

Mentions légales  |  Contactez-nous  |  Notre mission  |  Liens partenaires  |  Votre arbre généalogique
Copyright © NosOrigines.qc.ca 2018