Biographie Cyrille Delagrave



Biographie Cyrille Delagrave

Dictionnaire biographique du Canada

DELAGRAVE, CYRILLE, avocat, membre du conseil de l’Instruction publique, né à Sainte-Marie-de-Monnoir (comté de Rouville), le 25 novembre 1812, du mariage de François Delagrave et de Geneviève Amiot, décédé à Québec le 15 septembre 1877.

Cyrille Delagrave fit ses études au petit séminaire de Québec et sa cléricature dans l’étude de René-Édouard Caron. Admis au barreau le 8 août 1838, il exerça sa profession en société avec le futur juge Jean Chabot. Nommé en 1854 secrétaire de la commission chargée d’appliquer la loi abolissant les droits seigneuriaux dans le Bas-Canada, il en devint membre en 1859 et participa aux travaux de cette commission jusqu’à sa dissolution [V. Short]. On lui offrit de succéder au juge John Gawler Thompson, sur le banc de la Cour supérieure pour le district de Gaspé, en 1868, mais il refusa pour des raisons de santé. Toutefois, le 22 octobre 1872, il acceptait de remplacer Jacques Crémazie comme recorder de la ville de Québec, charge qu’il occupa jusqu’à sa mort.

Cyrille Delagrave s’intéressa toujours de très près à l’instruction de la jeunesse : c’est l’un des aspects remarquables de sa carrière. Le 26 mai 1862, il était nommé membre du conseil de l’Instruction publique du Bas-Canada (ou Canada-Est) en remplacement de François-Xavier Garneau*. Il prit sa tâche au sérieux, assistant, de 1862 à 1869, à 17 des 20 séances de cet organisme. Le 11 novembre 1862, il appuya le surintendant Pierre-Joseph-Olivier Chauveau qui proposait de ne tenir les séances du conseil que deux fois l’an (en mai et en novembre). À la même réunion, il fut nommé visiteur des bureaux d’examinateurs [V. Meilleur], avec obligation de faire rapport. Les comptes rendus subséquents, parus dans le Journal de l’instruction publique, montrent qu’il s’acquitta consciencieusement de sa tâche.

En 1869, lors de la réorganisation du conseil de l’Instruction publique et de sa division en deux comités, Cyrille Delagrave fut désigné pour faire partie du comité catholique. En 1871, Mgr Jean-Pierre-François Laforce Langevin proposait la formation d’un comité, dont ferait partie Cyrille Delagrave, chargé de préparer une série de livres de lecture en français pour les écoles. L’approbation finale des cinq livres composés par André-Napoléon Montpetit fut accordée par le conseil le 12 mai 1875.

Le 9 juin 1875, Cyrille Delagrave était consulté par le premier ministre Charles-Eugène Boucher* de Boucherville sur la réorganisation du ministère de l’Instruction publique et sur les changements à apporter dans la composition des comités confessionnels du conseil. La loi de 1875 donna suite aux suggestions formulées par les évêques du Québec et les membres du conseil. De nouveau, Cyrille Delagrave fut désigné pour faire partie du comité catholique réorganisé, lequel comprenait tous les évêques dont le diocèse était situé en tout ou en partie dans la province et un nombre égal de laïques. Il en était encore membre à sa mort, survenue à Québec le 15 septembre 1877. Il avait épousé dans cette ville, le 6 novembre 1844, Louise Mason qui lui donna au moins trois enfants.

Louis-Philippe Audet
Mentions légales  |  Contactez-nous  |  Notre mission  |  Liens partenaires  |  Votre arbre généalogique

Copyright © NosOrigines.qc.ca 2023