Biographie Belec Louis



Biographie Belec Louis

Louis BELEC -né le 7 février 1694 à St François Xavier de Batiscan connaîtra malheureusement à peine son père qui mourut alors que Louis n'était à peine âgé que de 11 mois. Donc Louis aura, en plus de son frère François, 8 demi-frères et soeurs.

Il existe une carte cadastrale qui date de 1685 à 1709 qui démontre un terrain dont Louis Bélec était propriétaire. Donc Louis, n'aurait pas hérité de la terre paternelle. A droite, le propriétaire du terrain était Jean-Baptiste St-Arnaud, son demi-frère.

Louis se marie le 31 janvier 1725 avec Madeleine Gaudry-Labourbonnière à Varennes, Ile Sainte-Thérèse. Ils auront 5 enfants dont 2 décèderont en bas âge. Le 23 février 1735 Madeleine décède à l'âge de 27 ans à Batiscan.

Louis épouse en deuxième noce Madeleine Cossette le 6 mai 1736 à Batiscan. Ils auront 6 enfants, dont 3 décèderont en bas âge.

Louis était sûrement cultivateur puisqu'il détenait une terre, mais nous savons qu'il s'est engagé pour des voyages pour la traite des fourrures à maintes reprises .Car il existe, des contrats de travail due ment signés devant notaire.

Plusieurs documents prouvent qu'il était encore coureur de bois même à 54 ans

 Madeleine Cossette n'eut pas d'enfants durant une période de 7 ans, de 1743 à 1750. A cette époque, une si longue période sans avoir d'enfants prouve l'absence du conjoint. Louis Bélec aurait probablement résidé à Michlimakinac durant cette période? Les deux plus vieux enfants se sont mariés tardivement. Probablement que son absence aurait exigée la présence des deux garcons pour travailler la terre durant son absence

Le coureur des bois se serait aussi possiblement ngagé dans une expédition de plusieurs années qu'on appelait le voyage de l'ouest.

Notre ancêtre était-il trop vieux pour cette expédition??? non, car dans quelques livres de la bibliothèque on mentionne certains coureurs plus agé que 54 ans.

 En quoi consistait la vie des coureurs de bois!

La traite des fourrures reposait principalement sur le troc. Plusieurs canots chargés de marchandises de traite (objets de fabrication européenne) partaient vers les postes pour marchander avec les Amérindiens, qui eux, avaient leurs peaux en échange.

Si l’occupation du coureur des bois permettait de partir à l’aventure, il n’en reste pas moins qu’il s’agissait d’un travail difficile. En effet, ils ramaient plus de 15 heures par jour et dormaient le long des lacs et des rivières. En plus de risquer leurs vies, ils devaient faire du portage avec 80 kilos sur leurs épaules et parcourir plusieurs kilomètres.

Le travail des engagés exigeait beaucoup de force, de courage et de détermination. Cependant, contrairement à la croyance populaire, les voyageurs n’étaient pas des individus costauds. Les marchands préféraient embaucher de petits hommes afin de réserver davantage d’espace au matériel.

Le coureur des bois était recruté parmis les habitants. Leur lieu de résidence habituel était l'île de Montréal et ses environs, mais Louis semblent avoir principalement vécu à Trois-Rivières ou dans les villages voisins : Batiscan, Champlain et de Cap-de-la-Madeleine.

Les salaires étaient 2 fois plus élevés que les engagé,et parfois,et tout dépendant de la destination, on pouvait calculer jusqu'à 1000 livres le salaire annuel.et 1000 livres représentait 4 fois plus que le salaire de l'engagé.

Louis décéda à plus de 80 ans après 1774, donc .Ce qui était très rare à cet époque. -

Mentions légales  |  Contactez-nous  |  Notre mission  |  Liens partenaires  |  Votre arbre généalogique
Copyright © NosOrigines.qc.ca 2019